Genève (awp) – Dans un contexte de crise qui les affecte durement, certains entrepreneurs ont répondu à l’appel de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève (CCIG) qui a lancé une campagne destinée à les valoriser. Les initiateurs du projet ambitionnent également de faire de la pédagogie et parlent de “vulgarisation économique”.

La campagne se présente sous forme d’affiches et de vidéos représentant le quotidien de certains membres de la CCIG et décrivant en quoi les activités de leur entreprise sont utiles au canton.

Elle a été déjà lancée par des micro-trottoirs diffusés sur le réseau social Facebook. Dès le 15 juillet, les visuels tapisseront certains véhicules des Transport publics genevois (TPG). La fin de la campagne est prévue le 11 novembre.

“Nous vivons une crise sans précédent. Nous devons soutenir, valoriser nos entreprises et surtout nos entrepreneurs”, a lancé jeudi en conférence de presse Laurence de la Serna, présidente de la CCIG. Le coût de ce projet est devisé à 50’000 francs suisses, alors que les recettes annuelles de la Chambre atteignent environ 5 millions de francs suisses, a précisé le directeur général Vincent Subilia.

La pandémie de Covid-19 et le confinement ont plombé les affaires de nombreuses entreprises, avec un impact considérable pour le personnel. “Au plus fort de la crise en mars, un employé sur deux à Genève était au chômage partiel”, a rappelé le directeur de la Chambre, qui a craint une “casse sociale majeure”.

L’ampleur chiffrée des dégâts devrait être connue en août, au moment de la publication d’un sondage qui est actuellement mené auprès des entreprises du canton.

“Dans la société civile et dans le grand public, il y a parfois une connaissance assez limitée (…) des enjeux économique”, a affirmé M. Subilia, soulignant qu’il ne s’agissait pas d’une critique. Face à ce constat, la CCIG veut rappeler le rôle crucial des entreprises pour l’emploi et dans le financement des infrastructures.